Vente de 24 rafales au Qatar: Air France devra céder de la place à Qatar Airways #rafale #armement #qatar

François Hollande à Doha

François Hollande à Doha. (c): elysee.fr

François Hollande était à Doha ce lundi, accompagné des ministres de la défense est des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, à l’occasion de la signature officielle des deux contrats entre Dassault Aviation et MBDA d’une part et L’Etat du Qatar d’autre part, pour la vente de 24 avions de combat Rafale à l’émirat.

François Hollande effectuera également demain un déplacement en Arabie Saoudite, à l’occasion du Sommet extraordinaire du Conseil de coopération des Etats Arabes du Golfe, dont il sera l’invité d’honneur.

Dassault Aviation fournira les avions (six en version biplace et 18 en version monoplace, pour 6,3 milliards d’euros) et MBDA les armements. Un second contrat, confidentiel, consiste en un accord intergouvernemental sur la formation d’une trentaine de pilotes et d’une centaine de mécaniciens, ainsi que d’officiers de renseignement.

En plus de cette commande ferme , le Qatar prend une option pour 12 avions de combat supplémentaire. Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, se montre optimiste quant à l’avenir commercial proche du rafale, dans une interview accordée au Figaro aujourd’hui: “Nous allons poursuivre, derrière les autorités françaises, les négociations pour conclure un contrat avec l’Inde. C’est une affaire de quelques semaines, de quelques mois”. La France s’apprête à faire l’une de ses meilleures années en matière de vente d’armes avec 83 avions en moins de trois et bientôt 50 hélicoptères pour la Pologne.

Jean-Yves le Drian s’est notamment rendu samedi soir aux Emirats arabes unis, débouché commercial potentiel pour le rafale. Des discussions sont en cours depuis 2008 pour la vente d’avions de combat, en vue de remplacer les mirages 2000 émiratis.

La vente des avions Rafale au Qatar a toutefois un prix pour la France. Le contrat est conditionné par l’octroi de droits de trafic supplémentaires à la compagnie aérienne qatarie Qatar Airways, dont les avions pourront atterrir désormais à Lyon et à Nice trois fois par semaine. Cette décision est particulièrement préjudiciable à Air France (dont l’Etat français est actionnaire à 16%) qui a déjà bien du mal à résister à la concurrence des compagnies du Golfe.

 

Paul COZETTE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s