Category Archives: OPINION

Crise grecque : scénarios et conséquences pour les marchés financiers #UE #grece #candriam

Nadège Dufossé, Head of Asset Allocation chez Candriam Investors Group, décrit dans un article sur le blog de Candriam une série de scénarios de la crise grecque et les conséquences attendues sur les marchés financiers.

Elle conclut comme suit : « Parmi les scénarios possibles, le risque d’une sortie de la Grèce de la zone euro n’a pas nécessairement augmenté au cours des derniers jours.

Nous estimons toujours cette probabilité à 30 %. La probabilité d’un résultat plus clair et plus positif a, quant à elle, diminué.

Il y a maintenant un risque plus élevé d’instabilité politique en Grèce et un accord temporaire devrait éviter un effondrement à court terme.

Notre position en faveur des actions de la zone euro sera maintenue aussi longtemps que la crise grecque actuelle n’affecte pas matériellement notre scénario macro-économique pour 2015 et que, suite à un vote positif grec dimanche prochain, les risques de contagion soient limités. »

Nadège-Dufosse

 

Les belges ont la troisième vie professionnelle la plus agréable au monde #OCDE #belgique #travail

Papillon

Selon une étude de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), effectuée sur 80.000 personnes à travers le monde, les belges ont tout pour être heureux. En effet, la Belgique se classe troisième au monde dans le classement des vies les plus équilibrées entre travail et vie privée.

Parmi d’autres grands pays développés à travers le monde comme les Pays-Bas, la Norvège, les Etats-Unis ou le Canada, seuls le Danemark (1er) et l’Espagne (2ème) se classent mieux que notre plat pays.

Par ailleurs, nous travaillons en moyenne 1.574 heures par ans, ce qui est bien inférieur à la moyenne mondiale de 1.765 heures, et seulement 4,4% d’entre nous travaillent plus de 50 heures par semaines, lorsque la moyenne mondiale en terme d’heures supplémentaires se situe autour des 9%.

En ce qui concerne le temps libre et les loisirs, il est établi que nous consacrons 15,7 heures par jour à nous reposer, nous amuser, passer du temps en famille ou avec des amis, à manger et à dormir. Ce chiffre constitue le deuxième score le plus élevé au monde après les 16,1 heures dédiées au temps libre par les danois.

Pour ce qui est du salaire, la Belgique se classe au-dessus de la moyenne de 20.576,48 euros avec un salaire moyen de 24.958 euros par ans. Ce chiffre explique très bien pourquoi 81% des sondés belges s’estiment heureux de leur travail et de leur niveau de vie.

 

Shervin Labani

 

De Paradox van het Zonnepaneel in Vlaanderen

De Paradox van het Zonnepaneel in Vlaanderen
Opiniestuk

Piet VERBELEN, CEO Ecopuur

Piet VERBELEN, CEO EcoPuur

Wat?              De elektriciteitsprijs zou de komende jaren stijgen met 30% tot 48%.
Waarom?      Om de toenmalige subsidies van zonnepanelen te kunnen betalen
Paradox?       Zonnepanelen zijn niet de oorzaak maar dé oplossing om te ontkomen aan die prijsstijging.
Wie?              Piet Verbelen, CEO EcoPuur

Het is vandaag schrijnend om zien dat een prachtige technologie als de zonnecel het middelpunt is geworden van een politieke hetze. En dat is jammer omdat het kind met het badwater dreigt weggespoeld te worden. Immers, het is net dankzij het zonnepaneel dat we onafhankelijk zijn geworden van traditionele elektriciteitsprijzen.

Het succes van een groenestroomcertificaat
Even terug in de tijd. Het is niet al goud dat blinkt, maar toch: de groenestroomcertificaten waren destijds noodzakelijk om de markt van de zonnepanelen te lanceren in België. En dat was een goed idee. Technologie die nog in de kinderschoenen stond maar waarvan de waarde ontegensprekelijk bewezen is, verdient een extra duwtje in de rug. Het principe was eenvoudig: van 2002 tot 2009 kreeg u per 1.000 kilowattuur opgewekte stroom 450 euro subsidie. Nadien is dit op twee jaar tijd drastisch tot nul herleid. Gevolg? Niet enkel een sociaal bloedbad bij installateurs van zonnepanelen, maar geleidelijk aan groeide ook een aversie jegens iedereen die zonnepanelen liggen had. Een gemiddeld gezin wekt zo’n 4.000 kilowattuur op. Da’s goed voor een extraatje van 1.400 euro per jaar (à rato van 350 euro per groenestroomcertificaat). Niet slecht, maar peanuts vergeleken met de voetbalvelden vol zonnecellen op grote industriële daken. De eigenaars? Grote of kleine bedrijven maar ook heel wat lokale en provinciale overheden. De geldstroom kon niet op. Toegegeven zelfs ik – als CEO van een organisatie in duurzame energie – kan goed begrijpen dat menig zonnepaneel een doorn in het oog is voor wie er geen heeft.

En toch, de zonnecel verdient een certificaat
We gaan niet de rekening maken wie hiervoor schuldig is. Wat wel zo is: de hoofdrolspeler in het hele verhaal – het zonnepaneel – wordt vandaag ten onrechte in een negatief daglicht gezet. Nochtans: de zonnecel is niet de schuldige maar dé oplossing. Sterker zelfs, Ik geef u drie redenen waarom de zonnecel zou moeten uitgeroepen worden tot dé innovatie van de voorbije 10 jaar.

1. Prijs per paneel is gehalveerd
Ten eerste, een zonne-installatie heeft u vandaag al voor goed 5.000 euro met een opbrengst van ongeveer 2.500 kilowattuur. In 2009 betaalde u nog goed 12.000 euro voor een opbrengst van slechts 2.000 kilowattuur. Net omdat de prijs een pak democratischer is geworden, komen heel wat meer gezinnen in aanmerking om gebruik te maken van die technologie. Dat heet, technologie ten dienste van de maatschappij. In renovatie, nieuwbouw, platteland en grootstedelijke contexten.

2. Rendement per paneel is verdubbeld
Ten tweede, het rendement staat buiten kijf. Wie vandaag kiest voor zonne-energie heeft na 20 jaar de helft minder uitgegeven dan iemand die kiest voor traditionele energie. En dat zonder enige vorm van subsidie of groenestroomcertificaat. Met een terugverdientijd van 7,5 jaar blijft een zonne-installatie een uiterst rendabele investering in duurzame energie. Een spaarboekje haalt vandaag nog geen rendement van 0,5%. Wel, een zonne-energie-installatie is goed voor een rendement van minimaal 6%. Welk aandeel op de financiële markt garandeert meer?

3. Energiekost blijft stijgen
Ten derde, heeft u een idee van de gemiddelde energiekost bij uw energieleverancier? 5 jaar geleden was dat 0,18 euro per kilowattuur, vandaag 0,22 euro per kilowattuur. En als we de laatste berichtgeving mogen geloven zou dat de komende jaren gaan naar 0,30 euro per kilowattuur. Door gratis elektriciteit uit de zon te halen bespaart u vandaag rechtstreeks op uw elektriciteitsfactuur.

“Elke particuliere investering om uw verbruik te minderen en vervolgens de resterende energiebehoefte zelf op te wekken, krijgt onze volle steun.”
Piet Verbelen, CEO

Oogst zelf je energie
En nu, quo vadis? Onze organisatie is in 2006 opgericht met als visie om met respect voor mens en natuur te bouwen aan een duurzame leefwereld. Wel, hierbij een positieve boodschap voor Vlaanderen. Een boodschap waarbij we de kracht willen (ver)leggen bij de eindgebruiker. We willen de burger de middelen aanreiken om zelf zijn energie te oogsten. Of dit nu elektriciteit, warm water, regenwaterrecuperatie of isolatie is. Elke particuliere investering om uw verbruik te minderen en vervolgens de resterende energiebehoefte zelf op te wekken, krijgt onze volle steun. Gedaan met afhankelijk te zijn van absurd hoge energieprijzen. Gedaan met de onzekerheid van grillige en dominante energieleveranciers. Vandaag willen we meer dan ooit de macht teruggeven aan de consument. En aan hem de mogelijkheid geven om zelf zijn energie te oogsten.

Daarom, dames en heren van de publieke opinie, gooi het kind met het badwater niet weg. Het is dankzij de toenmalige subsidies op zonnepanelen dat we vandaag een groot deel van de bevolking de kans kunnen geven om hun eigen elektriciteit op te wekken. Alleen hoeft de rekening van die subsidies niet betaald te worden door u, de eindconsument. Neem uw energie zelf in handen: wie vandaag kiest voor zonne-energie, betaalt eenmalig voor zijn elektriciteit de komende 25 jaar. Inclusief een rendement van minimaal 6%.

Piet Verbelen
CEO EcoPuur

Belgique/Isräel: de l’électricité dans l’air…. !

ctb

 

Une opinion de Pol Hémick !

Belgique/Isräel: de l’électricité dans l’air…. !

…Ou, plutôt, il n’y en a plus dans le petit village de Khirbet Al Tawil (près de Naplouse, en Judée-Samarie), ce qui fâche très fort Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères en affaires courantes. En effet, dans les années 2000, la coopération belge a mené un vaste projet d’électrification de divers hameaux arabes, y consacrant un budget de 2,2 millions d’euros. Petit oubli cependant en ce qui concerne l’implantation citée ci-dessus (200 habitants, la plupart vivant – sans titres de propriété – dans des masures construites sans permis de bâtir et, donc, posant un danger d’effondrement pour leurs occupants), nos « coopérants » ont « omis » de demander les autorisations administratives ad hoc et, de plus, ne se sont pas gênés pour empiéter sur un terrain décrété « zone militaire » (Rappelons qu’Israël est un pays en guerre et doit donc protéger certaines zones stratégiques !) en y faisant passer leur ouvrage.

Il est donc arrivé ce qui arrive, dans tous les pays civilisés, à toute infrastructure érigée sans l’aval des autorités compétentes : après décision des tribunaux devant lesquels la loi permet d’ester (Et rappelons qu’en Israël il existe aussi la Cour Suprême, dont l’indépendance n’a plus à être à prouver !), les décisions de justice sont appliquées et les bulldozers entrent en action. Il faut croire que, dans ce cas, tous les recours ont été rejetés puisque – de l’aveu même de Didier Reynders – « Cela fait plusieurs années que des démarches avaient été entreprises pour qu’on n’en arrive pas à cette extrémité. Nous avons reçu à plusieurs reprises l’ambassadeur israélien pour lui faire part de notre demande de ne pas procéder à cette destruction décidée en 2008 (Soit, vu la lenteur des tribunaux, quatre ans après sa réalisation) ». Puisqu’il ne s’agit que d’une DEMANDE, et que l’Etat d’Israël est un Etat de droit, rien n’obligeait donc le gouvernement de ce pays à y accéder ! Selon la RTBF aussi « La Coopération était consciente que son projet était menacé ».

La légalité ayant été respectée par l’Etat hébreu, on ne peut donc que s’étonner du fait que la Belgique réclame de Jérusalem une indemnisation de 55.000 euros. D’ailleurs, on peut aussi se poser des questions quant au fait que cette même Belgique puisse dilapider 2,2 millions pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’un autre Etat, en y avantageant une partie de sa population au détriment de l’autre (Combien a été consacré par la Coopération belge en faveur des villages juifs de Judée-Samarie ou même de villes de développement sises en dedans la Ligne verte ?), alors que cet argent aurait pu aider à l’entretien – EN BELGIQUE – de nos réacteurs nucléaires dont, aujourd’hui, deux sont dangereux à réactiver et le troisième a dû être fermée suite à un sabotage, ce qui résultera en coupures de courant cet hiver et à des pertes économiques dues à la mise hors service du matériel électrique des ménages, des commerces et des entreprises. Ces millions auraient aussi pu être assez utiles à nos services de renseignements et à la police fédérale car nous venons d’apprendre qu’un djihadiste avait eu accès aux points les plus « explosifs » de ce troisième réacteur… mais que ce n’est pas lui qui est à l’origine du sabotage car il était déjà parti combattre en Syrie lorsque cela s’est produit. Nos services de sécurité n’ayant toujours pas trouvé le coupable, nous vivons donc sur un Tchernobyl fédéral belge et ce n’est pas notre armée – où les soldats, faute de munitions, doivent dire « Pan ! Pan ! » pendant les exercices – qui pourrait s’opposer à un commando kamikaze souhaitant « visiter » Tihange ou Doel !

Enfin ! « Moi, je dis ça, je dis rien »… mais c’est juste histoire d’attirer « la tension » de nos gouvernants en les mettant « au courant » des besoins réels de la population qui les paie. Il serait temps qu’ils fassent « volt(e)-face » quant à leur politique dépensière et dirigent notre pays « am(bon)père de famille

Pol Hémickh

 

RESEAU FINANCITE : PLUS D’INVESTISSEMENTS RESPONSABLES EN BELGIQUE

Financité en quelques mots

financite

Né en 1987, le Réseau Financement Alternatif est aujourd’hui de plus en plus connu sous l’appellation Financité. C’est naturellement que l’assemblée générale vient de décider de changer sa dénomination en “Réseau Financité”. Le Réseau Financité a pour but de réunir des citoyens et des organisations désirants changer leur rapports à l’argent dans un soucis de responsabilité sociales, environnementales ou gouvernementales.

Parti sur une croissance solide dans les années 2000 l’investissement socialement responsable a été fortement affecté par la crise financière de 2007-2008. Depuis lors les investissement en IRS ne cessent de baisser, au grand daim des acteurs qui se battent pour un système financier plus juste. Au delà de l’aspect quantitatif, c’est bien l’aspect qualitatif des ISR qui pose problème aujourd’hui.

En effet bon nombre des agents financier gérant l’argent des IRS le reversent à des agents ou entreprises actifs qui polluent l’environnement, emploient des mineurs, produisent des armes etc… Tantôt dans l’ignorance et pensant bien faire, tantôt dans le manque d’offre en matière d’IRS il est normal qu’aujourd’hui les Belges désireux d’investir dans ce domaine se montrent réticents …

La faute à qui?? La frustration des membres du Réseau de Financement Alternatif et des autres acteurs prônants l’IRS est palpable, et pour cause, la demande et réelle et n’attend qu’un moyen efficace et sur pour investir son argent. Le problème vient de la législation qui encore en 2013, n’a pas tenu ses promesses en termes de réformes et propositions de loi. C’est la cas du gouvernement fédéral qui en 2011 avait annoncé qu’il plaiderait la cause au niveau européen pour l’introduction de normes de qualité pour les investissements responsables.

En  2014 aucune réelle législation définissant quelconque norme qualitative minimale n’a encore été mise en place. Ajouter à cela l’absence de transparence de la part des agents financier et vous comprendrez que l’IRS peut encore attendre pour retrouver ses beaux jours. La mise en place d’une norme légale minimale permettrait de faire face au “greenwashing” et de redonner confiance aux investisseurs, particuliers ou institutions aussi espérons que nous verrons ce cadre légal se mettre en place au plus tôt.

J.C

BECI REAGIT A L’UNIZO PAR RAPPORT AUX PROJETS NEO ET DOCKX

BECI

De Tijd publie aujourd’hui un article dans lequel le directeur général de l’UNIZO déclare, à son tour, partir en guerre contre les projets Neo et Dockx Bruxsel.

Karel Van Eetvelt s’exprime en ces termes parce ce que Bart Verhaege d’Uplace lui a reproché de ‘danser sur la tombe des entrepreneurs’ lorsque l’UNIZO s’est réjouie du refus du permis environnemental demandé par le futur centre commercial à Machelen.

L’attitude de l’UNIZO est contraire aux intérêts de Bruxelles

BECI ne cache pas son indignation face aux déclarations de la fédération d’employeurs flamande qui aime à se profiler comme ‘la fédération d’entrepreneurs la plus représentative de Flandre et de Bruxelles’, mais qui va un peu vite en besogne lorsqu’elle estime que les commerçants et les entrepreneurs ont les mêmes intérêts à défendre en Flandre et à Bruxelles. La réaction de l’UNIZO est contraire aux intérêts de la capitale. N’y a-t-il pas, à Bruxelles, déjà suffisamment d’organisations qui freinent ou bloquent inutilement les projets des entrepreneurs et des investisseurs ? Entreprenons ! (C’était d’ailleurs le leitmotiv d’une campagne de toutes les organisations d’employeurs, y compris l’UNIZO).

Les entrepreneurs et les commerçants de Bruxelles sont favorables aux projets Neo et Docks parce qu’ils cadrent dans une politique de rénovation urbaine, de dynamisation économique et d’attractivité touristique. BECI soutient pleinement les deux projets. Ils sont en outre créateurs d’emplois pour une tranche importante de Bruxellois qui aujourd’hui, cherchent vainement de travail au sein de la Région. La complémentarité avec les centres commerciaux des zones urbaines situées à proximité a d’ailleurs été pleinement démontrée.

L’UNIZO a tout à fait le droit de s’opposer à un projet que des commerçants locaux perçoivent comme une menace pour leur propre avenir. Ce qui est moins acceptable, c’est de s’y opposer en s’en prenant également aux projets bruxellois. Ce faisant, l’UNIZO ne tient pas compte des besoins sociaux et économiques de Bruxelles.

COLONISATION, DECOLONISATION, DETTE

Afrique

 

Une opinion de Mia VOSSEN

 

Oumou, charmante Guinéenne, se désole devant la situation de son pays et me soumet le discours de Sankara – alors président du Burkina Faso – sur la dette. Fille de coloniaux, gamine en 1960, j’ai suivi le processus de l’indépendance – mon père a enseigné l’histoire à Tshombe, futur président du Katanga et dernier premier ministre légal du Congo – ensuite, à l’époque de Mobutu, mes élèves se posaient des questions anxieuses sur leur avenir, maintenant je suis de loin et avec horreur l’évolution de  mon  pays et voici ma réponse à Oumou :

Commençons par une réalité historique : la colonisation est vieille comme l’humanité. L’humanité évolue et la colonisation au 20e siècle n’a rien à voir avec celle de l’Antiquité. Les derniers colonisateurs européens, les Belges, étaient même souvent plus corrects envers le peuple colonisé qu’envers leurs concitoyens en Belgique. Un exemple typique est encore visible : les maisons construites pour les ouvriers de l’Union Minière au Katanga. Des hôpitaux et des écoles de la période coloniale il ne reste malheureusement souvent que des ruines… Et si la Belgique s’est enrichie grâce au Congo Belge, la part des échanges de la Belgique avec le Congo a été au maximum 5%. C’est très peu. Les richesses étaient investies sur place et le pays au plus rapide développement social et économique de l’histoire, selon l’ONU, est le Congo Belge avant 1960…

Anglais, Français, Belges, Portugais préparaient une décolonisation progressive, formaient de futurs chefs et une élite capable de participer. L’espoir était que l’Afrique indépendante collabore librement avec l’Europe dans le but d’enrichir tout le monde. Ce n’est pas ce qui s’est passé !

Les décolonisations ont été décidées à la hâte, sous la pression de l’URSS et des USA, et des personnes incompétentes ont pu être élues à l’occasion des premières et seules élections démocratiques. Le petit enfant pauvre devenu président prend TOUT ce qu’il peut pour s’assurer une vie de luxe, les moyens de faire vivre dans le luxe toute sa tribu et de corrompre ou faire taire le reste du pays. Il prend les richesses du pays comme si elles lui appartenaient – cuivre, cobalt, or, diamants, aluminium, coton… – et emprunte pour pouvoir voler encore plus. Il ne fait aucun investissement, n’entretient pas l’infrastructure coloniale…

Cette situation signifie la ruine d’un pays ! L’Occident a accepté parce que c’était la période de la « Guerre froide » avec l’URSS et qu’il fallait se « faire des amis »…et la dette s’est agrandie. Notons que des pays comme la Guinée qui étaient « amis » de l’URSS se sont ruinés encore plus que les autres : la corruption russe – traditionnellement pire que la belge ou la française – s’est ajoutée à la corruption africaine et cela a par exemple donné la vente de chasse-neige à Sékou Touré !

C’est à cause de la Guerre froide que des pays en voie de développement – de vrai développement – sont devenus indépendants beaucoup trop tôt, ont « élu » des bandits comme présidents et ont été ruinés. Le cas Lumumba est caricatural : en quelques semaines, il a pu détruire le Congo, massacrer les forces vives du pays. Pour sa haine du monde colonial on en a fait un « saint »… en Belgique !

La dette, elle, existe et il n’est effectivement pas juste que le peuple paye pour de l’argent donné à des bandits. Il n’est pas juste que les pays développés financent des dictatures . C’est un peu comme donner des kilos de bonbons « à partager » à un petit gamin… Oui, l’Occident et l’URSS ont laissé une situation s’aggraver parce que eux se faisaient la guerre.

Actuellement, quasi plus aucune dette n’est remboursée, l’Occident fait vaguement semblant d’aider – question de jouer un rôle en attendant que l’Afrique ne soit plus un petit gamin qui veut des bonbons – et attend une évolution positive. Les Chinois, eux, n’attendent pas : ils font des routes en échange des richesses du pays, de territoires entiers…avec eux il n’y a pas de dette en vue. Les Africains sont de plus en plus pauvres tout en « progressant » puisque le progrès se fait sans eux, ils ne jouent même pas de rôle dans la construction des routes. Les routes africaines sont construitespar des esclaves ou des prisonniers chinois qui n’ont aucun contact avec les Africains…

Les Africains se multiplient, aggravent la situation, tout en réclamant « justice » ! Qui va se réveiller et agir dans l’esprit de Sankara au lieu de laisser tuer les gens comme Sankara? Rappelons que faire progresser un pays ne demande pas d’emprunts : l’Occident a progressé à partir de RIEN – d’ailleurs qui lui aurait prêté de l’argent ? – et est devenu riche par son travail et grâce à l’instruction. Les « bourgeois » d’il y a mille ans avaient souvent commencé leur vie comme esclaves…

 

LE SOMMET EUROPE-AFRIQUE D’AVRIL 2014 A BRUXELLES: UNE OCCASION A SAISIR

eu-au2014_logo_couleur_vert_229x314

Le sommet UE-Afrique se déroulera les 3 et 4 avril prochains au Juste-Lipse (Consilium), rue de la Loi à Bruxelles. L’auteur Edwige Neshama SOSSAH, conseillère politique spécialisée en stratégies et coopération au développement nous en livre les enjeux. Elle vient d’ailleurs de donner une conférence sur le sujet au Parlement Européen à Strasbourg la semaine dernière.

Voici son opinion:

La stratégie conjointe Afrique-Europe (SCAEU) adoptée à Lisbonne en 2007 était censée établir les bases et principes d’un changement de paradigme dans les relations entre l’Europe et l’Afrique basées essentiellement sur la dépendance de l’aide et le credo du libre-échange depuis l’Accord de Cotonou signé en 2000. Sept ans après l’adoption de la SCAEU et à l’aune d’un nouveau Sommet Europe-Afrique, les parties s’accordent à reconnaître que le partenariat  purement technique et bureaucratique n’a pas permis la réalisation de ces objectifs.

Du côté européen, 2014 représente la dernière année de mandat de la Commission européenne actuelle sous la présidence de Barroso. Il est clair que pour cette dernière année et dans un contexte de crise économique, politique et sociale majeure la Commission européenne ne considèrent pas l’Afrique comme une priorité. Or, elle doit impérativement repenser ses relations avec l’Afrique sur des bases de gagnant-gagnant. En effet, l’urgence d’un aggiornamento de l’approche européenne du partenariat avec l’Afrique tenant compte des préoccupations majeures de transformation économique et sociale du continent est un impératif !

En l’absence d’un message  politique conséquent de l’Afrique, l’Union européenne se contentera d’un sommet spectacle se limitant à affirmer le poids historique des relations entre l’Europe et l’Afrique.  Les africains doivent savoir ce qu’ils veulent.  L’Europe ne peut pas se substituer à eux indéfiniment. Il est temps que l’Afrique se réveille et qu’elle fasse des propositions. L’Europe attend en effet cette nouvelle attitude la part des africains. C’est la raison pour laquelle le livre d’Edwige Neshama Sossah, intitulé Stratégies gagnantes de coopération Afrique aux éditions Neshama & Vanda exhorte les africains  à concevoir et mettre en œuvre des « stratégies de développement fondées sur leurs aspirations, possibilités et non sur des idées reçues en matière de développement ». « Les africains ne devraient pas attendre que tout vienne de l’extérieur. C’est à eux-mêmes de concevoir leurs stratégies qu’ils peuvent discuter avec leurs partenaires européens sur des bases non plus imposées, mais voulues, concertées et choisies ».

Le Sommet Afrique-Europe de 2014 est donc une fenêtre d’opportunité pour l’Europe de repenser son partenariat et son agenda pour le continent africain.  Car si l’Afrique doit  émettre des propositions, l’Europe a cette possibilité d’entamer ce travail de prospection et de réflexion, faute de quoi cette rencontre sera non seulement une occasion perdue mais plombera encore ses relations avec l’Afrique pour de nombreuses années. Or, tel ne doit pas être l’objectif.

L’agenda africain est dominé par le souci de maintenir la croissance économique positive de plus de 5%. Je considère que l’Afrique doit mettre la priorité sur le commerce et non plus sur l’aide. La dynamique n’est plus celle de l’asymétrie subie mais d’un partenariat égalitaire entre acteurs.

Le Sommet Afrique-Union européenne devrait être l’occasion d’ouvrir le véritable débat politique.

Il appartient aujourd’hui à la partie africaine de montrer leur unité et leur volonté politique de renégocier les bases structurelles  et politiques d’un partenariat renouvelé avec l’Europe.

L’Europe ne le fera pas à sa place !

Selon Edwige Neshama Sossah « le salut de l’Afrique ne viendra pas de l’extérieur mais d’elle-même ; c’est-à-dire de sa capacité à se surpasser mais surtout à s’unir pour l’intérêt du continent. Si l’Europe s’est construite c’est parce que chaque Etat qui la compose a compris l’impérieuse nécessité de s’unir autour de projets communs, de projets fédérateurs. L’intérêt national a cédé la place à l’intérêt supranational. »

Et tout comme Victor Hugo a eu une vision européenne dans son discours relatif à la paix, cette Europe qui est l’une des utopies rares qui se soit réalisée, il appartient à l’Afrique de se projeter en 2063 comme l’a fait Madame Zuma et de croire dur comme fer qu’il y a des utopies à l’instar de  l’Europe qui sont réalisables.

Edwige Neshama SOSSAH

couvertureface

Le livre “Stratégies gagnantes de coopération Afrique-Europe aux éditions Neshama&Vanda est disponible à la librairie FILIGRANES, Avenue des Arts 39-40 à 1040 Bruxelles et à la librairie SCHUMAN BOOK SHOP 1992, Rue Froissart 143 à 1040 Bruxelles.

LES ASSISES DE L’INTERNATIONALISATION ET DE LA PROMOTION DE L’AUDIOVISUEL BRUXELLOIS

Vendredi matin, avaient lieu à BrusselsInvest&Export les “Assises de l’internationalisation de l’audiovisuel bruxellois”. Ces assises étaient organisées conjointement par BrusselsInvest&Export et le cluster Screenbrussels.

screen.brussels

Madeleine Cantaert, responsable de BrusselsInvest&Export et Guillaume Béland, manager du cluster screen.brussels ont rassemblé les membres du cluster -principalement des sociétés actives dans la production audiovisuelle- pour leur expliquer les opportunités offertes à l’étranger en 2014 et 2015  par les acteurs publics bruxellois qui font la promotion du secteur. Au programme: la participation à de nombreuses foires internationales de renom, la participation à des missions économiques en collaboration avec l’Agence pour le commerce extérieur, des rencontres BtoB plus ciblées… Un programme chargé pour faire connaitre le savoir-faire bruxellois et belge (il y a des collaborations aves des organisations similaires du nord et du sud du pays) partout dans le monde.

www.screenbrussels.be

Brussels Invest & Export

MDD

DEUX POIDS DEUX MESURES AVEC JOHAN VANDE LANOTTE ?

VandeLanotte

Ce matin, la presse néerlandophone (le groupe Corelio) annonce une étude commandée par le Ministre fédéral Vande Lanotte au sujet d’un problème de concurrence dans le secteur des appareils auditifs.

La presse francophone n’en pipe mot et pour cause, elle n’en est pas informée.  Cette étude belge et payée avec de l’argent fédéral ne devrait donc intéresser qu’une partie du pays?

Je m’en étonne… Contactée, la porte-parole explique “mais il y a aura des élections”.. Peut-être ai-je besoin d’un appareil auditif particulier pour bien “entendre” ce message ?.

L’idéal internationaliste ne peut-il pas s’appliquer à l’intérieur d’un pays ? A défaut d’entendre …comprenne qui voudra.
Pharilde FROMENT de Bruxelles

« Older Entries