Category Archives: Politics

3h17 pour Bruxelles-Luxembourg ! Une ligne scandaleusement négligée ! #sncb #cfl #nmbs #train #bruxelles #luxembourg

 

train

Pendolino et privatisation: deux solutions pour sortir de l’ornière ?

f

François Bellot, spécialiste MR des infrastructures ferroviaires.

 

“François Bellot, député wallon MR, s’attaque à la SNCB et au gouvernement wallon pour leur indifférence et leurs inactions face à l’amélioration de la ligne Bruxelles-Luxembourg. »

Invité à MAtele, le député wallonMR et bourgmestre de Rochefort, ancien président de la commission infrastructures de la Chambre, et donc spécialiste en matière ferroviaire, laisse paraître son incompréhension et son indignation face au manque de modernisation et au délaissement de la ligne qui relie Bruxelles à Luxembourg-ville en passant par la capitale wallonne, Namur.

Avec une vitesse moyenne de 76 Km/h, les trains qui relient Bruxelles à Luxembourg mettent 3h17 pour parcourir 250 km. C’est aberrant quand on sait que la distance entre le Luxembourg et Bruxelles est de 250 Km alors que le train qui relie Bruxelles à Paris met 1h22 pour parcourir 300 Km.

« Dans les années 80, les lignes Bruxelles/Paris, Bruxelles/Cologne et Bruxelles/Amsterdam ont fait l’objet de travaux importants. La ligne Bruxelles/Luxembourg/Strasbourg a, quant à elle, été délaissée. La dernière fois qu’on l’ a rénovée, c’était en 1958. » s’est exprimé le député.

L’inaction du gouvernement est la conséquence du problème communautaire qui touche la Belgique depuis de longues années. La Flandre et la Wallonie n’ont pas la même manière de fonctionner ni les même priorités. Selon François Bellot, le gouvernement wallon est trop lent pour l’octroiement des permis d’urbanisme. De plus, la Wallonie ne parvient pas à un accord commun au sein même de son gouvernement et n’arrive pas à fixer clairement ses priorités. « Le temps pour le permis d’urbanisme est trop long. Entre 2003 et 2016, le coût des travaux a augmenté de 30 pourcent. Plus on attend, plus le montant des travaux augmente. » rajoute le bourgmestre.

La SNCB s’est concentrée sur le réseau wallon. La priorité a été donnée à la construction du RER et à la gare de Liège. « C’est surprenant de la part des autorités européennes de ne jamais avoir insisté sur l’importance des lignes internationales. C’est d’autant plus surprenant quand on sait que la SNCB peut disposer de subsides européennes pour effectuer les travaux. Aucune démarche administrative n’a été entamée, aucun dossier n’a été déposé ».

Le député MR pointe du doigt l’incompétence de la région wallonne à se fixer des priorités alors que : « le gouvernement flamand a des priorités, une stratégie. Aujourd’hui, on se retrouve entre deux lignes en cours de route. Il faut en terminer une avant de continuer l’autre car il n’y a pas assez d’argent pour les deux. Là aussi, le gouvernement wallon est incapable se décider ».

La ligne qui relie Bruxelles à Luxembourg compte environ 42 000 voyageurs chaque jour.

Devant l’incurie et l’inertie des pouvois publics, notre journal considère qu’il faut aller vers un partenariat public-privé et l’introduction, comme déjà envisagé du train “pendolino”, adapté aux conditions de l’Ardenne, sur la ligne Bruxelles-Luxembourg.

L’impact financier du lockdown à Bruxelles #bruxelles #business

BECI

Après les attaques de Paris, la Belgique, et plus particulièrement Bruxelles, a été pointée du doigt, accusée d’être un foyer de djihadistes. Bruxelles a également dû subir un lockdown après que le niveau de menace terroriste ait été relevé. Evidemment, tout cela a eu un impact économique sur la capitale.

Suite à une enquête de BECI auprès des entreprises, Thierry Willemarck, Président de la fédération bruxelloise des entreprises BECI, le Ministre-Président Rudi Vervoort, en charge de la sécurité et de l’image de Bruxelles, et le Ministre bruxellois de l’économie et de l’emploi Didier Gosuin donnaient une conférence de presse pour répondre aux questions de l’impact du lockdown à Bruxelles.

L’enquête, réalisée entre le 14 et le 24 novembre, révèle que peu importe sa situation géographique, une entreprise sur deux a subi une baisse significative de son chiffre d’affaire (supérieure à 20% en novembre). Les secteurs les plus touchés sont : l’hôtellerie, les restaurants et cafés, le tourisme, les commerces et la culture. Plus les entreprises sont proches du centre-ville, plus l’impact a été important.

Vous pouvez visionner l’entièreté de la conférence de presse dans la vidéo ci-dessous.

video: Lofti Amine Hachemi

 

Rosia LIRA

Erreur de calcul en défaveur des communes Bruxelloises. #bruxelles #budget

xavier_lienart_small

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il semblerait que certaines communes bruxelloises aient été défavorisées suite à une erreur de calcul. D’après la commune de Woluwe-Saint-Lambert qui a relevé cette erreur, six communes seraient financièrement victimes de l’inexactitude des calculs.

“Nous nous sommes rendu compte qu’au lieu d’utiliser la moyenne régionale, la Région bruxelloise utilise la somme de moyennes communales de densité pour fixer la base de répartition de cette partie de la DGC” explique Xavier Liénart, échevin woluwéen des Finances.

Ce sont des millions d’euros qui sont concernés par cette erreur de calcul. En 2015, Woluwe aurait perdu 2,414 millions. “C’est la commune de Forest qui paye le plus cher ce problème comptable avec un manque à gagner de plus de 2,8 millions d’euros en 2015. Berchem­-Sainte­-Agathe, Evere, Ganshoren et Jette perdent également entre 1,650 et 2,172 millions d’euros.”, commente Xavier Liénart.

Les licences télécoms: une bonne affaire pour l’état! #politique #telecom #proximus

telecom

L’état devrait empocher un minimum de 703 millions d’euros fin 2017- début 2018 grâce à la vente de fréquences au secteur télécoms.

La majorité des licences accordées aux opérateurs pour utiliser ces bandes de fréquences arriveront à échéance en 2021. Pour pouvoir continuer à exploiter ces fréquences, les opérateurs devront mettre la main au portefeuille. Ils devront débourser environ 439 millions d’euros.

Ce serait également l’occasion pour le gouvernement de mettre en vente de nouvelles bandes de fréquences prisées par les opérateurs pour un total de 264 millions.

Bien que les licences ne doivent être renouvelées qu’en 2021, le bureau de consultance Analysis madison, mandaté par l’IBPT, conseille de mettre en route le processus fin 2017- début 2018.

 

Rosia LIRA

La Région Bruxelles-Capitale reçoit la note “AA” par S&P

guy vanhengel

L’agence de notation S&P, qui classe la dette des villes et pays en fonction de leur capacité à la rembourser, a accordé la “AA” de la Région Bruxelles-Capitale. Cette note est la troisième meilleure note possible.

Dans son rappport, S&P fait état d’une “gestion financière forte”, une “liquidité exceptionnelle”, une économie “forte” et une performance budgétaire “forte”. Pour garder cette note, la Région de Bruxelles-Capitale devra continuer à afficher la même force dans sa gestion budgétaire entre 2016 et 2018.

Le Ministre bruxellois des Finances et du Budget Guy Vanhengel (VLD) s’est réjouit de ce rapport. Celui-ci confirme selon lui les “efforts et l’excellent travail” que fait Bruxelles sur le plan financier. Ces changements font suite à la réforme fiscale votée fin 2015.

 

Shervin Labani

Les défis mondiaux au programme du forum de Davos. #economie #davos

WEF_World_Economic_Forum

Le développement innovant sera sous le feu des projecteurs au forum de Davos. Selon ses organisateurs, tous les crises mondiales actuelles sont liées à cette thématique: de l’afflux de réfugiés en Europe au déclin de l’économie chinoise.

La 46e session du Forum économique mondial (FEM) commencera mercredi 20 janvier dans la ville suisse de Davos. La liste officielle des intervenants compte près de 900 noms et, au total, le forum attend plus de 2 500 visiteurs. Le thème officiel de la session a été annoncé mi-novembre: il s’agira de réfléchir à comment “Maîtriser la 4e révolution industrielle”. “Nous aurons besoin d’une compréhension exhaustive et mondiale de la façon dont les technologies changent notre vie et changeront celle des générations à venir”, ajoutait alors le directeur du FEM Klaus Schwab.

L’oracle de Davos
L’an dernier, le thème du forum était également général — sobrement intitulé “Le nouveau contexte global”. Klaus Schwab parlait alors déjà des “chemins de la haine et du fondamentalisme” et des “chemins de la solidarité et de la coopération”, mais la nouvelle chute des cours pétroliers et le conflit dans l’est de l’Ukraine avaient tout de même dominé l’ordre du jour. Dès le premier jour de débats, le vice-premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch et le chef de l’Opep Abdallah El Badri s’étaient exprimés au sujet du pétrole et on se rappelle que le président ukrainien Petro Porochenko avait montré à la tribune un débris de bus qui avait été attaqué près de Volnovakha — trois semaines avant la signature des Accords de Minsk pour le cessez-le-feu et le lancement d’un processus politique en Ukraine.

A l’époque déjà, les participants au forum s’inquiétaient du ralentissement de l’économie chinoise. Le premier ministre du pays, Li Keqiang, parlait d’une “réduction planifiée” et affirmait que Pékin contrôlait les risques, qu’aucune crise financière systémique n’était à prévoir et que le ralentissement de la croissance du PIB était une “stratégie délibérée des autorités”. Depuis, le marché boursier chinois s’est effondré à plusieurs reprises (la plus forte baisse fut de 32% entre mi-juin et mi-juillet) et la croissance économique ne devrait pas excéder 7% (au lieu des 7,4% prévus en 2014).

Les données du quatrième trimestre et de toute l’année 2015 seront présentées par les représentants chinois mardi, le même jour que les nouvelles prévisions de croissance du FMI pour l’année 2016. En octobre, le Fonds prédisait que le PIB mondial, qui avait enregistré une croissance de 3,1% en 2015 contre 3,4% en 2014, afficherait une hausse de 3,6%. La reprise devrait être assurée par l’amélioration des indices dans les pays développés malgré le ralentissement des économies asiatiques.

Cette année, Klaus Schwab affirme que l’ordre du jour du forum de Davos sera directement lié aux événements actuels et la crise sociale: “Les innovations technologiques pourraient entraîner la perte de 20 millions d’emplois dans les années à venir. Ces vastes licenciements menacent l’existence de la classe moyenne, base de nos démocraties”, a-t-il mis en garde dans une interview accordée à l’agence Bloomberg.
La Ligue des nations
Un autre risque émane des flux migratoires incontrôlés en provenance des pays du Tiers monde, affirme le fondateur du FEM: “Regardez combien de pays, par exemple en Afrique, dépendent de l’exportation d’hydrocarbures. Et aujourd’hui imaginez-vous qu’un milliard d’habitants de ces pays décide de partir à la recherche d’une vie meilleure au nord”.

Selon les données préliminaires de l’agence Eurostat, 1,22 million de demandes de statut de réfugié ont été déposées en 2015 dans toute l’Union européenne, dont 1,16 million — soit 95% — pour la première fois. Il ne s’agit par ailleurs que des demandes déposées et non du nombre total de migrants: rien qu’en Allemagne au cours des 11 premiers mois de l’année, le nombre réel de réfugiés dépassait déjà le million de personnes.

Les récentes attaques de migrants contre des habitantes de Cologne et la critique de la réaction du gouvernement allemand par les politiciens fédéraux et régionaux ont forcé la chancelière Angela Merkel à renoncer au forum de Davos pour se concentrer sur les problèmes intérieurs. L’Allemagne sera représentée au FEM par son président Joachim Gauck, qui sera un intervenant central de la première journée sur les problèmes d’immigration en Europe.
Les dirigeants des USA, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie et de la Chine ne seront pas non plus présents à Davos. La délégation américaine sera présidée par le vice-président Joe Biden et la française par le premier ministre Manuel Valls. Le secrétaire d’État américain John Kerry adressera un message spécial durant la troisième journée de la conférence. De plus, on s’attend à la présence de dirigeants d’institutions européennes: les commissaires européens Federica Mogherini, Günther Oettinger et Frans Timmermans, ainsi que le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi. Les dirigeants de l’Argentine, de la Grèce et du Canada qui ont pris leurs fonctions en 2015 y assisteront pour la première fois. Au total, une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement participeront au FEM.
Cette année, la délégation officielle russe sera présidée à Davos par Iouri Troutnev — l’un des vice-premiers ministres, chargé du développement de l’Extrême-Orient. L’an dernier la délégation était présidée par le vice-premier ministre Igor Chouvalov, et en 2014 par le vice-premier ministre Arkadi Dvorkovitch.

http://fr.sputniknews.com/international/20160119/1021059413/forum-davos-fem.html#ixzz3xmZWmuZR

Les commerçants de Molenbeek ont perdu 80% de leur revenus #molenbeek #commerce

 

chaussée gand

Depuis le 16 novembre, la vie économique s’est sensiblement arrêtée. Les perquisitions massives ont handicapé les allées et venues dans la commune. Et, malgré le rabaissement du niveau d’alerte 4 au niveau 3, les clients ne répondent toujours pas présents.

C’est dans la chaussée de Gand que l’on ressent le plus ce handicap. La plupart des commerçant ont perdu jusqu’à 80% de leur chiffre d’affaire dès la première semaine après le début des perquisitions. Cette artère commerciale comporte des magasins vêtements, de produits de beauté et des épiceries hautement fréquentées par les femmes. “Le problème, c’est qu’on s’est fait massacrer par les journalistes qui passaient leur temps ici, explique Mohammed Bakbak, membre de l’Association des commerçants.Nous avons une clientèle à 80% féminine. Les femmes fuyaient les caméras” ajoute-t-il dans une interview.

Malgré que le niveau d’alerte soit passé de 4 à 3, la reprise ne s’est toujours pas faite ressentir. M. Bakbak ajoute : “on s’est effondré. Il ne faut pas oublier que notre artère commerciale est fréquentée par des étrangers qui viennent faire leurs emplettes, le week-end. Tous ces clients qui viennent de France ou d’Allemagne ont été freinés”.

Les commerçants du Vieux Molenbeek vont introduire un recours à la Région bruxelloise pour des dédommagement.

Shervin LabaniChausséedegand

94ème Salon de l’Auto #bruxelles #auto

BMW4

Nous voici enfin en janvier, un mois tellement attendu par tout amateur d’automobiles! Rendez-vous, dès lors, à “Brussels Expo”, du 14, jour d’ouverture au grand public, au 24 janvier, pour la 94ème édition de l’ “European Motorshow Brussels”, annoncée par la “FEBIAC”, organisatrice de ce Salon, lors de sa conférence de presse, comme étant celle de “toutes les nouveautés” (sic), essentiellement via une nouvelle implantation de 117 exposants, se répartissant dans 11 “Palais”, sur une superficie de 100.000 m².

Ainsi, Pierre Lalmand, Directeur général du Salon, nous confiait: “Le Salon effectue, lors de chaque édition, un sondage de ses visiteurs et de ses exposants pour relever les points forts et les points à améliorer de ses organisations. Récemment, ces sondages ont mis en avant un déséquilibre entre les deux extrémités de l’exposition, raison pour laquelle nous avons proposé aux exposants “premiums” de migrer vers le “Palais 1″. Cela devrait nous permettre de proposer aux visiteurs une visite plus agréable et plus fluide avec des pôles d’intérêts mieux répartis sur l’ensemble du Salon”. 

Dès lors, pour les habitués, attention aux changements: les deux-roues motorisés ont quitté le “Palais 1”, qu’ils occupaient sans discontinuer depuis l’édition 2009, pour y être remplacé par les exposants automobiles dits “premiums”. Par ailleurs, la désormais incontournable “terrasse” et sa célèbre “piscine”, ont déménagé du “Palais 12”, où elles étaient installées depuis 2014, pour rejoindre, ainsi, quelques-unes des plus prestigieuses réalisations de l’industrie automobile. De fait, les 15 exposants présents dans ce “Palais 1” nous présenteront une quantité de modèles, dont certains ne manqueront pas de nous surprendre.

Au “Palais 2”, en attraction, l’exposition de “Youngtimers”, modèles de voitures qui ont marqué les années ’70 à ’90 du siècle dernier, qui, trop jeunes pour être rangées parmi les “Oldtimers”, n’incarnent pas, non plus, les concepts et les techniques d’aujourd’hui. Les visiteurs nostalgiques, qui y voient le moyen de revivre leur jeunesse, mais aussi les amateurs, qui souhaitent conduire une voiture “classique” sans trop investir, y trouveront leur compte, grâce à un véhicule fiable qui ne coûte pas trop cher, ni à l’achat, ni à l’entretien.

Témoins vivants d’un pouvoir de séduction “vintage” qui ne faiblit pas, présent aussi bien dans la mode que dans le mobilier ou la décoration, plus de 30 représentants “Youngtimers” seront présents au “Palais 2”, de même que 9 motos emblématiques de la même période. Illustrant le phénomène “disco” des “seventies”, au milieu des véhicules, une piste de patins à roulettes attendra les visiteurs, pour qui  la “Vlaamse Rollerbond” aura mis des patins traditionnels à disposition… Ambiance assurée! …

Dans ce Salon, plus dynamique que jamais, nous retrouverons les exposants “motos” dans les “Palais 3 & 8”, alors qu’au “Palais 12” une piste d’essais “indoor” sera prévue, sur laquelle se côtoieront véhicules écologiques et tous-terrains, la “Tech Track”, où vous vous offrirez, que vous soyez spectateurs ou acteurs, des sensations douces ou plus fortes, mettant en valeur les innovations technologiques des exposants. Une expérience à ne pas manquer!

Quant aux “Palais 4, 5, 6, 7, 9 & 11”, sans oublier le “Patio”, ils seront réservés aux exposants automobiles traditionnels, qui, tous, rivaliseront d’originalité pour nous présenter leurs nouveautés, certaines en 1ères européennes ou mondiales.

Côté animations, ce Salon nous proposera, au “Palais 3”, dans une ambiance musicale assurée par un “DJ”, son exclusif et époustouflant “Circus Trial Tour”, spectacle vrombissant réunissant le “Moto Trial Freestyle”, le “BMX” et … la danse “Hip Hop”, les plus petits, dès 5 ans, pouvant être initié à la conduite de motos électriques entre 2 représentations.

Affiche Salon de l'Auto

Du côté des professionnels, outre la journée du 13 janvier qui leur est réservée, notons, le 14 janvier, l’organisation, par la “FEBIAC”, de son 5ème congrès bisannuel de haut niveau, en collaboration avec l’ “ACEA” (“Association des Constructeurs européens d’Automobiles”). Cet “European Automotive Forum” abordera les applications qui améliorent non seulement le confort de conduite, mais aussi la fluidité du trafic, utilitaires légers, camions et deux-roues motorisés interagissant de plus en plus.

Ce congrès rassemblera quelques 350 participants, dont quelques-uns des plus hauts responsables politiques européens, des CEO, des stratèges, des professionnels du marketing, des commerciaux et des ingénieurs. Ouvert par la Ministre fédérale de la mobilité, Jacqueline Galant, il permettra au “bureau McKinsey” de présenter sa nouvelle étude sur la connectivité dans le secteur automobile, et donnera la parole à la Commissaire européenne aux Transports, Madame Violeta Bulc, ainsi qu’à un membre du Parlement européen, initiateur du système “eCall”, Monsieur Philippe De Backer.

Ainsi donc le 94ème “European Motorshow Brussels” – qui sera officiellement inauguré, au lendemain d’une soirée de gala en smokings et robes de soirées, par le Prince Laurent, le 13 janvier, à 10h. – nous intéressera tous, professionnels comme simples visiteurs, nous présentant, plus que jamais, tout ce que les industries automobile et motocycliste créent de mieux, leurs véhicules du présent et prototypes du futur, source de fascination, rejoignant les “Youngtimers”. Assurément, nous ne pouvons manquer de visiter ce Salon 2016, innovant à souhait par ses déménagements stratégiques, plein de vie et d’animations en tous genres, qui nous permettra de découvrir la gamme complète des véhicules actuels, dont une trentaine en primeurs, pour le simple plaisir des yeux ou en vue d’un achat, tous les renseignements techniques pouvant nous être donnés sur place! …

Ouverture 7 j./7, de 10h. à 19h., avec nocturnes jusqu’à 22h., les vendredis 15 et 22 janvier, ainsi que le lundi 18. Prix d’entrée: 15€ (13€: en prévente, sur http://www.autosalon.be; 9€: de 06 à 12 ans; gratuit: – de 6 ans; selon votre gare de départ/cfr. “SNCB”: prix combiné avec le chemin de fer et le métro; 200€: groupes de 20 pers.; 35€25: journée professionnelle, jusqu’à 18h., le mercredi 13 janvier).

Yves Calbert.

 

Women in Business présente son baromètre sur l’entrepreneuriat féminin #bruxelles

 

Women in Business, la plateforme de soutien à l’entrepreneuriat féminin en Région bruxelloise, a présenté son baromètre « L’entrepreneuriat au féminin dans la Région de Bruxelles-capitale ». Celui-ci dresse la situation des femmes entrepreneures sur le marché du travail bruxellois à travers, notamment, quelques chiffres clés.

C’est ainsi que l’on remarque une nette amélioration dans le nombre d’indépendantes en région bruxelloise, celui-ci ayant augmenté de 34% en dix ans. Mais les constats ne sont malheureusement pas seulement positifs. En effet, les indépendantes bruxelloises sont notamment moins nombreuses que dans les deux autres régions de Belgique et leur revenu moyen est toujours 20% inférieur à celui des hommes.

Le baromètre dresse également le « portrait-type » d’une femme entrepreneure : la majorité des indépendantes bruxelloises exercent une profession libérale ou intellectuelle, ont moins de 35 ans et ont un diplôme supérieur.

Didier Gosuin, le Ministre bruxellois de l’Emploi et de l’Economie, était présent lors de la présentation du baromètre. Conscient des défis soulevés par l’entrepreneuriat féminin, celui-ci a remercié l’initiative entreprise par Women in Business avec ce baromètre. « On ne fait pas de bonnes politiques sans avoir une bonne connaissance de la situation » assure-t-il. Grâce à ces informations, il sera prêt d’ici 2016 à se donner des objectifs et les moyens pour les atteindre. Il espère notamment se hisser dans la moyenne des pays européens au niveau de l’activité entrepreneuriale des femmes, la Belgique étant actuellement le dernier pays du classement.

Pour plus d’informations, le baromètre « L’entrepreneuriat au féminin dans la Région de Bruxelles-capitale » sera disponible d’ici peu sur le site www.womeninbusiness.be/ et également diffusé à travers les réseaux sociaux.

Le budget 2016 de la Ville de Bruxelles dévoilé #bruxelles #budget

bruxelles

La Ville de Bruxelles a présenté son budget pour l’année 2016. Dans celui-ci, on constate une diminution de 0,14% par rapport à 2015 des dépenses ordinaires (frais de fonctionnement) pour en arriver à 758 millions d’euros. Selon la Ville, de nouvelles embauches sont à prévoir pour faire fonctionner cinq nouvelles crèches.

Un budget de 137,6 millions d’euros sera dédié à l’investissement avec un tiers de ce budget alloué aux crèches et aux écoles et un peu moins de 20% à la sécurité.

« Older Entries