Tag Archives: e-commerce

New guidelines for E-commerce

 “Shopping online is an easy way for consumers to shop, but it shouldnevercome at the expense of safety. With the new guidelines, national surveillance authorities will be able to check products bought online and ensure that all products sold in Europe are safeOur latest figures show that trust in e-commerce is growing. Today’s safety measures will further contribute to this trend and reassure consumers. It’s our duty to make sure online commerce is as safe as traditional shopping.” said Vĕra Jourová, EU Commissioner for Justice, Consumers and Gender Equality.

The Commission has issued guidelines to help national market surveillance authorities better control products sold online. In 2017, 55% of Europeans buy online (2017 Consumer Scoreboard) and get products shipped directly to their door, escaping the authorities’ traditional controls. Some of these products might be dangerous and not in line with EU product safety laws, for instance toys containing substances banned in the EU. The guidelines published today clarify: 1) that any product sold online to the EU has to comply with EU product legislation, even if the producer is based outside the EU; 2) the obligations of online marketplaces when authorities require them to remove dangerous products through the ‘notice and action procedure’, as defined in the e-commerce directive; and 3) the responsibility of all actors in the supply chain, including fulfilment service providers who receive the order, package and send the product.

Elżbieta Bieńkowska, Commissioner for Internal Market, Industry, Entrepreneurship and SMEs, added: “With rising online sales, national market surveillance authorities find controlling and tracing products sold on-line increasingly complex. This guidance will ensure Europeans can shop online safely while further measures to strengthen market surveillance in Europe are planned for later this year.” As outlined in the 2015 Single Market Strategy, the Commission is working on a package of measures later this year that will open up more opportunities to companies that want to expand cross-border and keep unsafe and non-compliant products out from the EU market.

#EPIC : la créativité digitale belge a de beaux jours devant elle. #digital #media #communication

epic

Dans un contexte économique complexe, la créativité est le levier de l’innovation au quotidien, une nécessité pour générer de la croissance. Deux atouts de réussite bien ancrés au sein de l’agence digitale EPIC.

En effet, après avoir clôturé l’année 2014 en beauté sur une hausse du chiffre d’affaires de plus de 42% et l’obtention de nouvelles récompenses internationales –  1 FWA et 2 Awwwards  – EPIC continue sur sa lancée en abordant le premier semestre 2015 sous les meilleurs auspices et avec des ambitions internationales !

Créée en 2009, l’agence liégeoise qui emploie actuellement 13 personnes réussit à séduire de plus en plus de grands noms grâce à une approche mêlant stratégie, réflexion créative alliées à une intervention opérationnelle jusqu’au-boutiste. Les contrats remportés en 2014 et début 2015 bénéficiant d’une résonance internationale, ne font que confirmer la volonté et la capacité d’EPIC à s’ouvrir et s’étendre vers de nouveaux marchés.

Parmi les contrats les plus récents, on pointera  Crop Trust, une organisation internationale – fondée par l’ONU et installée à Bonn – occupée à lever des fonds à concurrence de 850 millions de dollars pour préserver la diversité agricole et la sécurité alimentaire dans le monde.

Au terme d’un concours réunissant une dizaine d’agences internationales de renom, EPIC a remporté un premier contrat afin de revoir entièrement l’identité visuelle et la stratégie digitale de l’organisation.

Depuis lors, la collaboration a été étendue à tous ses supports de communication, telle que la récente mise en ligne du  rapport annuel interactif de l’organisation.

Autre contrat de taille, Studio 100, célèbre société anversoise de production TV pour enfants, notamment à l’origine du dernier film d’animation de Maya l’abeille. Elle a également choisi EPIC pour la refonte ergonomique et graphique de l’ensemble de ses sites – plus de de 15 ! – ainsi que pour le développement d’une nouvelle  plateforme e-commerce, arborant tous un design sur mesure et véritablement taillé pour un jeune public.

La liste ne s’arrête pas là, l’agence a en outre signé des collaborations avec Lampiris (et son projet  Thermo Car), Mobitec, producteur belge de meubles proposant un  catalogue en ligne personnalisable, le groupe Eloy avec la reprise de sa communication digitale ou encore une collaboration à long terme avec le groupe EVS.

Autant de nouveaux clients qui ont permis à EPIC de tirer pleinement profit de ses capacités stratégiques, créatives et techniques et qui ne font que confirmer sa capacité à s’adapter à tout type et à toute taille de projet dès qu’il est question de digital!

Si les perspectives sont plus que réjouissantes pour EPIC, l’agence veut avant tout consolider ses acquis en continuant à renforcer son équipe avec l’arrivée de 2 profils supplémentaires sur le premier semestre 2015 et démontrer qu’elle a plus que jamais les atouts indispensables à ses ambitions internationales et à sa volonté de se positionner en tant qu’acteur de référence dans le secteur digital.

DES DEMAIN , FAIRE SES COURSES COUTERA MOINS CHER

origin_1424892917Selon une étude de la société Nielsen, présentée lors de la Retail Society la semaine dernière, faire ses courses devrait coûter moins cher demain pour les consommateurs, écrit La Libre Belgique.

En moyenne, les prix des produits alimentaires sont 7 à 14 % plus chers en Belgique que dans les pays voisins. Et selon Nielsen, cet écart s’est intensifié sur la période 2011-2013. Toutefois, cet écart de prix à la consommation devrait, à l’avenir, diminuer.

Autres raisons qui expliquent que la pression sur les prix pourrait s’accentuer : les consommateurs sont mieux informés, le développement des « hard discounters », les nouveaux canaux de distribution comme l’e-commerce, ou encore l’entrée de nouveaux acteurs comme l’enseigne néerlandaise Albert Heijn. « Il ne faut évidemment pas s’attendre à une baisse de 14 % du prix des produits de consommation au cours des prochaines années (…) On peut s’attendre, en moyenne, à un recul de l’ordre de 5 à 7 % », explique Pierre–Alexandre Billiet, CEO de Gondola et fondateur de l’Executive Master en retail management de Solvay.

Coralie DEVIES