Tag Archives: france

Brexit 'divorce' bill premature

fleet-street

German and Italian officials back Brexit chief negociator Michel Barnier over ‘divorce’ costs of 60 billion euros ($63 billion), first articulated by the Austrian Chancellor Christian Kern, becoming the first EU leader to put a value on the size of th, U.K.’s Brexit bill. The expert see the amount as a ‘punishment’ of the EU27 block for the UK departure.

“There will be a lengthy debate about the check that has to be paid by the U.K., because 60 billion euros is a significant amount of money,” – Kern said.

However the future of the bill is unclear due to the upcoming elections in a number of the EU key countries, including The Netherlands, France, Germany and Italy. The ‘cost’ of #Brexit might significantly differ, derriving form the political decisions of forces accending power. Moreover, in case Dutch nationalist politician Geert Wilder will get an overwhelming number of seats in the Parliament in upcoming elections on the 15th of March, he would push the referendum agenda for the membership in the EU. The similar promise made French candidate for presidency Marine Le Pen.

The current assessemnts are made in bona fide there will be no major changes in the organisation within next two years, preceeding the UK exit. Subseuqently the discussions of the  Brexit ‘divorce’ bill are  premature – nobody knows how the EU project will look like by the end of 2017.

'New London' in Dublin refused

  • city-of-london

“There is not going to be any new London in the EU 27. History happened in a certain way. You can’t just lift institutions and drop then somewhere else,” Philip Lane, the head of the Irish  central bank  at an event in London.

“You may well have this fragmented but integrated financial system so location X has a cluster of derivatives trading, location Z has a cluster of insurance etc.”

Lane, a member of the European Central Bank (ECB)  Governing Council, underlined that Europe’s future financial centres may be more fragmented geographically, even if they were integrated as part of a Single market.

Cities around Europe are eager to host the potential new business, including financial centres in Germany, France, the Netherlands, Luxembourg and Ireland.

La chambre de #commerce #France – #Belgique élit ses nouveaux membres. #bruxelles #business

CCI

La Chambre de Commerce et d’industrie FRANCE BELGIQUE , société privée et autonome de droit belge, regroupe 3 activités:

1. Un Centre d’Affaires de 1700 m², située en plein coeur de Bruxelles, qui met à disposition 40 bureaux et 4 salles de réunions.

2. Un service d’appui aux Entreprises ( S.A.E.) qui accompagne les sociétés le marché belge par le biais de travaux sur mesure: missions commerciales, études de marché, création d’entreprises, implantation, etc.

3. Un Club Affaires de 260 sociétés membres, qui permet aux adhérents de la CCI FB de se rencontrer et de nouer des contacts professionnels lors de ses 20 évènements annuels à caractère économique, commercial, politique et social.

La CCI FRANCE BELGIQUE à organisé tout récemment  à la Chapelle Reine Elisabeth l’élection des nouveaux membres suivants:

Agnès OGIER, CEO de Thalys, Alexis Brouhns, Directeur Général Europe de Solvay et Rémy BOSSERT, Président de l’Association pour la promotion de l’Alsace.

 Patrick GRIGNARD

La CCI France Belgique : 130 ans et toujours plus active #cci #france #belgique #business

cci

Depuis 1885, la Chambre de Commerce et d’Industrie FRANCE BELGIQUE accompagne et conseille les sociétés françaises et les Français résidant en Belgique qui souhaitent exploiter le potentiel économique et commercial du marché belge. Le 9 juin prochain, la CCI fêtera son 130ème anniversaire. C’est une “vieille dame” de plus en plus sollicitée ! Les relations d’affaires franco-belges sont, en effet, de plus en plus étroites, chaque pays étant le deuxième client et le troisième fournisseur de l’autre.

Malgré la crise, la Chambre de Commerce et d’Industrie FRANCE BELGIQUE (CCI FRANCE BELGIQUE) a enregistré ces dernières années une forte progression de son nombre de membres, des missions qu’elle exécute pour leur compte, ainsi que du nombre de sociétés qu’elle héberge dans son centre d’affaires. « En période de crise, la tentation d’exporter devient encore plus forte et la Belgique est souvent la première destination choisie par les entreprises françaises en raison de sa proximité géographique et culturelle, et de son accessibilité par tous les moyens de transport. C’est également un pays qui reste industrialisé. Selon les chiffres de notre ambassade, 44.120 entreprises françaises ont exporté vers la Belgique en 2014, ce qui en fait le premier marché d’exportation de l’Hexagone en nombre d’entreprises (en volume d’affaires, l’Allemagne reste toutefois prééminente) », explique Anne-Christine Genouville, directrice de la CCI FRANCE BELGIQUE.

 

Un partenariat incontournable

La France compte 112 Chambres de Commerce et d’Industrie dans 82 pays. Structure entièrement privée, la CCI FRANCE BELGIQUE est l’une des quatre plus anciennes puisqu’elle a été créée il y a tout juste 130 ans : cet événement sera dignement fêté le 9 juin prochain ! C’est une “vieille dame” particulièrement dynamique : en 2014, son chiffre d’affaires par salarié était le plus élevé de toutes les CCI françaises à l’étranger (1,27 million d’euros pour un effectif de 7 personnes).

Le premier métier de la CCI consiste à aider les ressortissants français résidant en Belgique et les entreprises françaises à tirer le meilleur parti des opportunités offertes par le marché belge. Annuellement, elle traite en moyenne 1.600 demandes à caractère commercial, juridique ou social : des formalités à remplir pour créer une entreprise en Belgique à l’embauche de personnel belge, en passant par la réalisation d’une étude de marché et beaucoup de prospection commerciale, les sollicitations fusent dans toutes les directions ! « Nous fournissons une aide très concrète car nos compatriotes se rendent vite compte qu’au-delà de la frontière commune et de la langue, il y a finalement beaucoup de différences entre la Belgique et la France. Leur première erreur est de ne pas prendre suffisamment en compte le bilinguisme. L’embauche de personnel local constitue également un gros casse-tête », souligne Anne-Christine Genouville.

Parallèlement, la CCI FRANCE BELGIQUE offre un appui aux sociétés belges désireuses de développer leurs activités en France. Pour ce faire, elle dispose depuis peu d’une antenne à Lille. 

Depuis une quinzaine d’années, la Chambre gère également, dans l’avenue des Arts à Bruxelles, un centre d’affaires de 1.700 m2 hébergeant 40 sociétés, pour de longues ou de courtes périodes. Cette activité et le service d’appui aux entreprises ont généré ensemble 83%du chiffre d’affaires de la CCI en 2014.Ces rentrées financières, complétées par les cotisations des membres, permettent à Anne-Christine Genouville et à son équipe de fournir certains services gratuits, auxquels ils tiennent particulièrement, comme un soutien aux Français(es) cherchant un emploi en Belgique.

 

Une communauté importante et entreprenante

L’activité de la Chambre est très logiquement corrélée au développement de la communauté des “Français de Belgique”. Et… non, ce ne sont pas tous des expatriés fiscaux ! Un peu plus de 120.000 Français(es) étaient inscrits sur les listes consulaires à la fin mars 2015, plus de la moitié d’entre eux ayant moins de 40 ans. Le consulat estime toutefois que la communauté totale avoisine 230.000 à 250.000 personnes, ce qui en fait la deuxième communauté étrangère la plus importante du pays, derrière les Italiens. Parmi eux, plus de 11.000 ont un statut d’indépendant, selon le Syndicat neutre pour indépendants (SNI). Un entrepreneur étranger sur dix actifs en Belgique est français. La Belgique accueille également quelque 2.200 filiales et succursales de sociétés françaises.

C’est pour favoriser les relations entre communautés belge et française que la CCI FRANCE BELGIQUE exploite un très dynamique “Club Affaires”. L’adhésion à la Chambre permet de participer, chaque année, à une vingtaine d’événements de prestige organisés par ce Business Club, dont une majorité gratuitement. Le succès du Club Affaires ne se dément pas : en l’espace de quatre ans, le nombre  de sociétés membres est passé de 130 à 260 (avec, en moyenne, 4 personnes inscrites par société). Un lieu de rencontre idéal pour tisser de nouvelles relations d’affaires !

 

source : CCI France Belgique

L’Etat français monte au capital d’Air France- KLM pour assurer son droit de vote double #airfrance #france

Le13886403838_fcf973e217_c ministère de l’économie a annoncé aujourd’hui une prise de participation de 1,7% dans le capital de la compagnie aérienne Air France-KLM. La participation représente 5.1 millions de titres, pour un montant total compris entre 33.15 et 45.9 millions d’euros. Cette opération garantira le droit de l’Etat aux votes doubles lors de la prochaine assemblée générale de la compagnie.

« L’Etat, qui détient 15,88 % du capital d’Air France-KLM, a souhaité se donner les moyens de soutenir l’adoption des droits de vote doubles par Air France-KLM », informe le ministère de l’économie et des finances dans un communiqué publié aujourd’hui.

Cette stratégie de l’Etat s’inscrit dans le cadre de la Loi Florange (avril 2014), dont l’article 5 généralise le droit de vote double aux actionnaires détenant des parts d’une entreprise depuis plus de deux ans. Ce droit de vote double est réservé aux actionnaires de nationalité française et aux ressortissant de la communauté européenne. Cette mesure a pour objectif de favoriser l’investissement à long terme et les actionnaires les plus stables, dont l’Etat et vise à “reconquérir l’économie réelle”.

Les salariés d’Air France-KLM, deuxièmes actionnaires du groupe sont globalement favorables à ce dispositif. La direction affirme cependant désirer “laisser la démocratie actionnariale décider”, mais n’exprime pas de problème de fond avec la Loi Florange et le principe d’un actionnariat stable. Il faudrait rassembler la majorité des 2/3 en assemblée générale pour bloquer le dispositif de vote double, ce qui ne devrait pas se produire.

L’opération s’inscrit dans une stratégie des pouvoirs publics de reconquête industrielle, dont la montée au capital de l’agence de participation chez Renault est une bonne illustration. La participation dans le constructeur automobile a été portée de 15.01% à 19.74%. Selon l’agence de participation de l’Etat “« Cette opération marque à la fois la volonté de l’Etat de défendre ses intérêts en tant qu’actionnaire, en pesant en faveur de l’instauration de droits de vote double dans la gouvernance de Renault, et le caractère stratégique qu’il attache à sa participation au capital de cette grande entreprise industrielle ». Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn s’était vivement opposé à cette initiative.

Ces prises de participation sont un bon calcul pour l’Etat français, qui pourrait gagner plus de 16 milliards d’euros en vendant ses parts dans les différents groupes, sans pour autant y perdre de l’influence. 22 entreprises du CAC40 ont déjà installé le dispositif de droit de vote double.

 

Paul COZETTE

Assemblée générale de Sanofi: les bonus des dirigeants au centre des discussions #sanofi #business #bourse

Olivier Brandicourt

Olivier Brandicourt

L’assemblée générale des actionnaires de Sanofi s’est déroulé cette après-midi dans un climat tendu. Pour cause: l’ indemnité de départ de Christopher Viehbacher, ex-directeur général du groupe débarquée en début d’année (4.5 millions d’euros) et le “chèque d’arrivée” de son successeur, Olivier Brandicourt (4 millions d’euros). Quelques salariés cégétistes étaient présents pour accueillir les actionnaires et leurs rappeler ces décisions.

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll avait fustigé en février  la prime d’arrivée de M. Brandicourt, s’étonnant que celui qui fût auparavant à la tête de la division santé chez Bayer soit “assuré d’une rémunération sans commune mesure avant même d’avoir pris la tête de l’entreprise”. Ségolène Royal, ministre de l’écologie avait recommandé au nouveau PDG de renoncer à cette prime, appelant à la  “décence”. Laurence Parisot, ancienne présidente du MEDEF estimait quand à elle qu’il fallait “féliciter” Sanofi d’avoir fait revenir M.Brandicourt en France.

La question des rémunérations était au cœur de l’assemblée générale. Le cabinet de conseil ISS avait recommandé à l’assemblée générale de renoncer au package d’arrivée de Mr Brandicourt. Sanofi n’a pas estimé cette recommandation pertinente.

M.Brandicourt avait évoqué la semaine dernière l’imminence d’une  “revue complète des activités du groupe”et les opportunités de “simplification” d’une organisation complexe et a affirmé vouloir se concentrer sur le lancement de nouveaux médicaments et vaccins.

Paul COZETTE.

 

Vente de 24 rafales au Qatar: Air France devra céder de la place à Qatar Airways #rafale #armement #qatar

François Hollande à Doha

François Hollande à Doha. (c): elysee.fr

François Hollande était à Doha ce lundi, accompagné des ministres de la défense est des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, à l’occasion de la signature officielle des deux contrats entre Dassault Aviation et MBDA d’une part et L’Etat du Qatar d’autre part, pour la vente de 24 avions de combat Rafale à l’émirat.

François Hollande effectuera également demain un déplacement en Arabie Saoudite, à l’occasion du Sommet extraordinaire du Conseil de coopération des Etats Arabes du Golfe, dont il sera l’invité d’honneur.

Dassault Aviation fournira les avions (six en version biplace et 18 en version monoplace, pour 6,3 milliards d’euros) et MBDA les armements. Un second contrat, confidentiel, consiste en un accord intergouvernemental sur la formation d’une trentaine de pilotes et d’une centaine de mécaniciens, ainsi que d’officiers de renseignement.

En plus de cette commande ferme , le Qatar prend une option pour 12 avions de combat supplémentaire. Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, se montre optimiste quant à l’avenir commercial proche du rafale, dans une interview accordée au Figaro aujourd’hui: “Nous allons poursuivre, derrière les autorités françaises, les négociations pour conclure un contrat avec l’Inde. C’est une affaire de quelques semaines, de quelques mois”. La France s’apprête à faire l’une de ses meilleures années en matière de vente d’armes avec 83 avions en moins de trois et bientôt 50 hélicoptères pour la Pologne.

Jean-Yves le Drian s’est notamment rendu samedi soir aux Emirats arabes unis, débouché commercial potentiel pour le rafale. Des discussions sont en cours depuis 2008 pour la vente d’avions de combat, en vue de remplacer les mirages 2000 émiratis.

La vente des avions Rafale au Qatar a toutefois un prix pour la France. Le contrat est conditionné par l’octroi de droits de trafic supplémentaires à la compagnie aérienne qatarie Qatar Airways, dont les avions pourront atterrir désormais à Lyon et à Nice trois fois par semaine. Cette décision est particulièrement préjudiciable à Air France (dont l’Etat français est actionnaire à 16%) qui a déjà bien du mal à résister à la concurrence des compagnies du Golfe.

 

Paul COZETTE

François Hollande in Doha to sell French fighter jets #hollande #qatar #jets #war #france

francois-hollande

French President François Hollande arrived in Qatar on Monday for the start of a two-day Middle East tour designed to wrap up the sale of French fighter jets and showcase his country’s ties and support with the Gulf monarchies.

Hollande is to hold talks with Qatar’s Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani in Doha and attend a ceremony to celebrate the sale of 24 French Rafale fighter jets to the oil-rich Gulf state.

A second, more confidential contract will involve the training of 36 pilots and around one hundred mechanics to support the military deal between the two countries.Hollande will then head to Saudi Arabia, where he will be the guest of honour at a summit of the six-member Gulf Cooperation Council on Tuesday.

The €6.3 billion Rafale contract marks yet another major success for France’s arms industry, coming hot on the heels of further multi-billion euro sales of the flagship fighter jet to Egypt and India.

France may soon be celebrating again as negotiations with the United Arab Emirates appear to be headed in the “right direction”, according to Foreign Minister Laurent Fabius.

 Shervin LABANI

Vineajobs et HMR Consulting associent leurs compétences. #vin #HR #recrutement #job

vineajobs

VineaJobs et HMR Consulting associent leurs compétences. Françoise Pauly, du Cabinet VineaJobs, qui accompagne les entreprises du monde du vin dans la gestion RH et la recherche de talents depuis 2003 et Murielle Montagnier, de HMR Consulting, cabinet expert des métiers de la vente et du management, rapprochent leurs expertises pour mieux servir leurs clients viticoles.

Les entreprises viticoles françaises sont confrontées à une concurrence de plus en plus vive sur le marché national comme à l’export. Pour gagner des parts de marché et développer leurs ventes, elles doivent renforcer leur service commercial et s’assurer de l’efficacité de leurs vendeurs et de leurs managers. Françoise Pauly et Murielle Montagnier interviennent à la source.

Elles identifient les
besoins de l’entreprise, recrutent les collaborateurs commerciaux, les intègrent à l’équipe, évaluent la force de vente, diagnostiquent les processus commerciaux, forment les équipes, et les mobilisent. L’objectif : optimiser l’organisation commerciale et la performance de l’entreprise.

Françoise Pauly – 00336 75 38 74 36 – francoise.pauly@vineajobs.com
Murielle Montagnier – 00336 82 67 13 15 – murielle.montagnier@hmrconsulting.fr

Thalys devient une entreprise à part entière.#sncb #sncf #paris #bruxelles

ENTREPRISES

Thalys

Thalys est devenue une entreprise à part entière. Ce “brand” qui dépendait de 4 compagnies de chemins de fer devient une société privée autonome avec deux actionnaires: la SNCB et SNCF. Thalys opérait depuis 1996.

Thalys présentera ses comptes propres à la fin de chaque année et les 2 sociétés actionnaires bénéficieront de dividendes si l’année a été profitable.

L’autonomisation de Thalys permettra aussi une meilleure organisation en interne souligne Agnès Ogier, CEO de Thalys.

Par ailleurs, le gouvernement belge a décidé de supprimer les Thalys sur les dorsales wallonne et flamande (Ostende, Liège). Ils voyageaient souvent avec des taux de remplissage extrêmement insatisfaisants.

« Older Entries