Tag Archives: le Congo

COLONISATION, DECOLONISATION, DETTE

Afrique

 

Une opinion de Mia VOSSEN

 

Oumou, charmante Guinéenne, se désole devant la situation de son pays et me soumet le discours de Sankara – alors président du Burkina Faso – sur la dette. Fille de coloniaux, gamine en 1960, j’ai suivi le processus de l’indépendance – mon père a enseigné l’histoire à Tshombe, futur président du Katanga et dernier premier ministre légal du Congo – ensuite, à l’époque de Mobutu, mes élèves se posaient des questions anxieuses sur leur avenir, maintenant je suis de loin et avec horreur l’évolution de  mon  pays et voici ma réponse à Oumou :

Commençons par une réalité historique : la colonisation est vieille comme l’humanité. L’humanité évolue et la colonisation au 20e siècle n’a rien à voir avec celle de l’Antiquité. Les derniers colonisateurs européens, les Belges, étaient même souvent plus corrects envers le peuple colonisé qu’envers leurs concitoyens en Belgique. Un exemple typique est encore visible : les maisons construites pour les ouvriers de l’Union Minière au Katanga. Des hôpitaux et des écoles de la période coloniale il ne reste malheureusement souvent que des ruines… Et si la Belgique s’est enrichie grâce au Congo Belge, la part des échanges de la Belgique avec le Congo a été au maximum 5%. C’est très peu. Les richesses étaient investies sur place et le pays au plus rapide développement social et économique de l’histoire, selon l’ONU, est le Congo Belge avant 1960…

Anglais, Français, Belges, Portugais préparaient une décolonisation progressive, formaient de futurs chefs et une élite capable de participer. L’espoir était que l’Afrique indépendante collabore librement avec l’Europe dans le but d’enrichir tout le monde. Ce n’est pas ce qui s’est passé !

Les décolonisations ont été décidées à la hâte, sous la pression de l’URSS et des USA, et des personnes incompétentes ont pu être élues à l’occasion des premières et seules élections démocratiques. Le petit enfant pauvre devenu président prend TOUT ce qu’il peut pour s’assurer une vie de luxe, les moyens de faire vivre dans le luxe toute sa tribu et de corrompre ou faire taire le reste du pays. Il prend les richesses du pays comme si elles lui appartenaient – cuivre, cobalt, or, diamants, aluminium, coton… – et emprunte pour pouvoir voler encore plus. Il ne fait aucun investissement, n’entretient pas l’infrastructure coloniale…

Cette situation signifie la ruine d’un pays ! L’Occident a accepté parce que c’était la période de la « Guerre froide » avec l’URSS et qu’il fallait se « faire des amis »…et la dette s’est agrandie. Notons que des pays comme la Guinée qui étaient « amis » de l’URSS se sont ruinés encore plus que les autres : la corruption russe – traditionnellement pire que la belge ou la française – s’est ajoutée à la corruption africaine et cela a par exemple donné la vente de chasse-neige à Sékou Touré !

C’est à cause de la Guerre froide que des pays en voie de développement – de vrai développement – sont devenus indépendants beaucoup trop tôt, ont « élu » des bandits comme présidents et ont été ruinés. Le cas Lumumba est caricatural : en quelques semaines, il a pu détruire le Congo, massacrer les forces vives du pays. Pour sa haine du monde colonial on en a fait un « saint »… en Belgique !

La dette, elle, existe et il n’est effectivement pas juste que le peuple paye pour de l’argent donné à des bandits. Il n’est pas juste que les pays développés financent des dictatures . C’est un peu comme donner des kilos de bonbons « à partager » à un petit gamin… Oui, l’Occident et l’URSS ont laissé une situation s’aggraver parce que eux se faisaient la guerre.

Actuellement, quasi plus aucune dette n’est remboursée, l’Occident fait vaguement semblant d’aider – question de jouer un rôle en attendant que l’Afrique ne soit plus un petit gamin qui veut des bonbons – et attend une évolution positive. Les Chinois, eux, n’attendent pas : ils font des routes en échange des richesses du pays, de territoires entiers…avec eux il n’y a pas de dette en vue. Les Africains sont de plus en plus pauvres tout en « progressant » puisque le progrès se fait sans eux, ils ne jouent même pas de rôle dans la construction des routes. Les routes africaines sont construitespar des esclaves ou des prisonniers chinois qui n’ont aucun contact avec les Africains…

Les Africains se multiplient, aggravent la situation, tout en réclamant « justice » ! Qui va se réveiller et agir dans l’esprit de Sankara au lieu de laisser tuer les gens comme Sankara? Rappelons que faire progresser un pays ne demande pas d’emprunts : l’Occident a progressé à partir de RIEN – d’ailleurs qui lui aurait prêté de l’argent ? – et est devenu riche par son travail et grâce à l’instruction. Les « bourgeois » d’il y a mille ans avaient souvent commencé leur vie comme esclaves…