Tag Archives: ralentissement économique

GUY WAGNER (BANQUE DE LUXEMBOURG): L’ACTIVITE CONJONCTURELLE DANS LA ZONE EURO S’AMELIORE

 Dans la zone euro, l’activité conjoncturelle continue à s’améliorer doucement même si la reprise économique reste fragile en raison de la faiblesse des crédits bancaires. Ceci est l’opinion de Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg, et de son équipe dans leur analyse mensuelle, les ‘Highlights‘.

WAGNER G

Après des conditions météorologiques particulièrement difficiles aux Etats-Unis, le pays devrait reprendre le chemin d’une croissance modérée avec une normalisation des températures. La nouvelle présidente de la Réserve fédérale américaine Janet Yellen a suggéré qu’en l’absence d’un ralentissement économique inattendu, elle continuerait à réduire le programme de rachat d’obligations d’Etat et de créances hypothécaires à hauteur de 10 milliards de dollars par réunion. Dans la zone euro, l’activité conjoncturelle continue à s’améliorer doucement. « En effet, la reprise économique reste fragile en raison de la faiblesse des crédits bancaires », dit Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg et administrateur-directeur de la société de gestion BLI – Banque de Luxembourg Investments. Malgré la faiblesse des crédits bancaires et le bas niveau de l’inflation, la Banque centrale n’a pas relâché davantage sa politique monétaire jusqu’à présent.

Le caractère durable du programme Abenomics est remis en question. Au Japon, l’absence d’une amélioration des exportations malgré la faiblesse du yen et d’un redressement du revenu réel des ménages suite à la hausse des coûts énergétiques remettrait en question le caractère durable de la reprise économique déclenchée par le programme Abenomics. Les pays émergents restent vulnérables malgré la stabilisation de leurs devises en février. « Les hausses de taux d’intérêt enregistrées dans ces régions risquent de ne pas pouvoir mettre fin aux sorties de capitaux en raison du renforcement du ralentissement économique suite au resserrement monétaire », dit l’économiste luxembourgeois.

 

Les rendements obligataires des pays industrialisés sont peu attrayants

Suite à la forte détente des taux longs en janvier, les rendements obligataires sont restés à de faibles niveaux en février. La stabilisation des devises émergentes et la remontée des marchés boursiers n’ont pas conduit à un redressement des rendements obligataires. Aux Etats-Unis et en Allemagne, les taux longs sont restés quasiment inchangés. Guy Wagner : « D’une manière générale, les rendements obligataires des pays industrialisés restent à des niveaux peu attrayants. La faiblesse des pressions inflationnistes ne plaide pas pour une remontée prochaine des taux longs. »

 

Pays émergents : le ralentissement économique pourrait s’aggraver suite aux hausses de taux d’intérêt

Etant donné que le ralentissement économique dans les pays émergents pourrait s’aggraver suite aux hausses de taux d’intérêt visant à stabiliser leurs devises, les bénéfices des entreprises générant une part de plus en plus grande de leur chiffre d’affaires dans les pays émergents risquent de perdre une source potentielle de croissance au cours de cette année.