Tag Archives: UE

La Grèce soutient son premier ministre et dit NON #referendum #grece #ue #pe

ATHENES / BRUXELLES

Tsipras

 

La Grèce suit son premier ministre. les grecs ont suivi le mot d’ordre du NON. C’est un camouflet pour la commission Juncker mais une victoire, – peut-être à la Pyrrhus -, du peuple grec.

La situation sera quoiqu’il arrive maintenant à la négociation.

Ce lundi soir, un sommet bilatéral aura lieu entre Angela Merkel et François Hollande.

Pour le reste, c’est peut-être un saut dans l’inconnu qui a été choisi par les Grecs -mais en portent-ils la responsabilité finale- mais l’eurozone avait commis in illo tempore une erreur considérable en prenant la Grèce dans l’Eurozone malgré les rapports défavorables de l’époque.

GREXIT, what could happen if Greece leaves the Euro #Greece #Grexit #UE ?

 

grexit

Nowadays, Greece is suffering a similiar situation as Argentina did in the year 2002. But, if Greece leaves the euro, will it experience the same recovery as the South American country did when it abandoned a currency peg to the US dollar?

It is obvious that in the short term, if Greece abandonates the euro it will be a tragedy for its economy and at the same time it will produce a higher volatility in the financial markets.

Therefore, if the Grexit exists,  Greece will operate again with the dracma suffering a higher depreciation which will cause then a higher inflation. So if all these things happen, the country could be on a very difficult situation as it won’t receive funding from the European Union.

If we observe the Argentine case in 2002, Greece’s GDP would fall deeply, but it wouldn’t have to be for a long time as for example Argentina achieved in a short period its pre-crisis level, (its economy grew an 8% one year after). However, it doesn’t have to be the same for this European country because Argentina had a moderate external deficit, so the Greek recovery would be slower. Moreover, we have to take into account that the rapidly recovery of Argentina ocurred in a clearly expansive international context which is very different from today.

Apart from that, many analysts think that the fact of leaving the euro could be benefitial for them in the long term as the government can modify economic policies to deal with the crisis. Also, the recovery would be slower than in the case of Argentina but it could be faster than staying with the European Union currency as they wouldn’t depend on it.

Furthermore, as the dracma would suffer a notious depreciation, some people think that the country would become more competitive so they can increase their exports and attract more tourism. But, it only could be benefitial in the short term because after that, they would lose competitiveness due to its higher external deficit and the higher costs of imports.

The devaluation wouldn’t encourage the economy to gain efficiency and produce higher quality products.

 

Patricia Fernández Ruiz.

 

Bulgaria to adopt systematic approach to corruption prevention among MPs, judges and prosecutors #bulgaria #corruption #prevention

The Council of Europe’s Group of States against corruption (GRECO) has published today its Fourth Round Evaluation Report on Bulgaria dealing with corruption prevention in respect of members of Parliament, judges and prosecutors.

GRECO concludes that Bulgaria has, overall, a reasonably good legislative framework and that many institutions and tools are in place to deter corruption. Yet the complex regulations and the abundance of reporting instruments and oversight bodies have failed to bring in the desired cumulative effect or help attain qualitative changes in corruption prevention efforts. Scrutiny, if it is effected at all, is cursory and in the absence of any discernible results in detecting and punishing violations of the conflicts of interest and asset disclosure rules, transparency is perceived as ostensible. This has not been conducive towards boosting public confidence in the three institutions, judges being most vulnerable to public mistrust. conseildeleurope

 In GRECO’s opinion, independent evaluation of the effectiveness of the systems of disclosure and verification of assets, ascertainment of conflicts of interest and of their impact  on the prevention and detection of corruption amongst MPs, judges and prosecutors, as well as undertaking appropriate corrective action are of primordial importance.

 GRECO also recommends that the private interests of MPs, judges and prosecutors be made subject to substantive and regular checks. With regard to MPs, the transparency and inclusivity of the law-making process must be increased and adequate timelines introduced for considering bills within the Assembly, so as to secure meaningful and effective engagement by all interested parties. As for the judicial system, its vulnerability to undue political interference remains significant. Also, since the effectiveness of enforcement of integrity standards within the judiciary has been called into question, its strengths and weaknesses and its impact on corruption prevention need to be analysed. Furthermore, implementation of the principle of random case allocation in the courts and prosecution offices has to be realised in practice and made subject to more stringent controls.

EURELECTRIC welcomes state aid inquiry into capacity mechanisms #eureletric #commission #energy #europe

eurelectric

EURELECTRIC welcomes the European Commission inquiry, launched on April 29, into capacity mechanisms implemented, or under implementation within Member States to safeguard security of electricity supplies.

EURELECTRIC Secretary General Hans ten Berge seized the opportunity to call for a harmonised approach to capacity mechanisms across Europe and stronger Commission leadership in the implementation of an efficient, integrated European energy market.

 

La Grèce hors de la liste des sanctions russes ? #grece #russie #UE

Nikolaï FEDOROV, ministre russe de l'agriculture

Nikolaï FEDOROV, ministre russe de l’agriculture

Selon le ministre russe de l’Agriculture, Moscou peut retirer la Grèce de la liste des pays frappés par son embargo alimentaire, mais il est peu probable que cela arrive lors de la prochaine visite du premier ministre grec en Russie.

Le gouvernement russe peut exclure certains pays dont la Grèce, la Hongrie et Chypre de la liste des Etats frappés par son embargo sur les importations de produits agricoles, a annoncé mardi à Moscou le ministre russe de l’Agriculture Nikolaï Fedorov.

“La liste des Etats est déterminée par un décret du président russe. Dans ce contexte, le gouvernement peut présenter des propositions sur le retrait de certains pays de cette liste (…). Rien n’empêche les autorités russes d’étudier ces possibilités”, a indiqué M.Fedorov devant les journalistes à la veille d’une visite du premier ministre grec Alexis Tsipras à Moscou. 

Le ministre a rappelé que les autorités russes, y compris le gouvernement, ont déjà évoqué la levée des sanctions alimentaires pour la Grèce, la Hongrie et Chypre. Plusieurs pays européens dont la Grèce ont demandé de les exclure de l’embargo russe et Moscou a officiellement reconnu que c’était possible, au moins sous une forme indirecte. 

“Il est peu probable qu’on prenne demain une décision quelconque, mais on peut en discuter”, a ajouté M.Fedorov.

M.Tsipras arrivera en Russie pour une visite de quatre jours le 8 avril. Il rencontrera le président russe Vladimir Poutine.

Russie-Occident: un an de sanctions réciproques

En 2014, les Etats-Unis, l’UE et d’autres pays occidentaux ont imposé plusieurs trains de sanctions contre Moscou. La Russie a riposté, en frappant d’embargo plusieurs denrées alimentaires, notamment produits laitiers, viande, fruits et légumes en provenance de l’UE, du Canada, d’Australie et de Norvège. Le ministre russe du Développement économique Alexeï Oulioukaïev a déclaré en mars que Moscou recherchait des possibilités d’assouplir l’embargo alimentaire pour la Hongrie et la Grèce.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150407/1015557171.html#ixzz3WooS9KN2

Les Etats Généraux du Commerce au Grand-Duché de Luxembourg, seconde édition #Luxembourg #Chambre de Commerce #UE

bitmap-3

Le jeudi 2 avril 2015 à partir de 13h30 à la Chambre de Commerce du Luxembourg se tiendra pour la deuxième fois que le Conseil Belgo-Luxembourgeois des Centres Commerciaux organise ses états Généraux du Commerce au Luxembourg.

Cette initiative rassemble ainsi tous les acteurs du commerce du pays et de ses voisins, dans le but de s’informer, d’échanger et de débattre de sujets liés à l’actualité commerciale au Grand-Duché de Luxembourg. L’après-midi sera rythmée par l’intervention de plusieurs experts après une introduction par Luc Plasman, Président du BLSC. De quoi apporter un focus sur les nouveaux défis face auxquels l’économie luxembourgeoise va devoir faire face dans un avenir proche.

Parmi les intervenants, citons notamment Philippe Provost, responsable du développement du projet La Cloche D’or, destiné à devenir le nouveau centre de la Grande Région. L’E-marketing ainsi que Phygital seront aussi abordés, tout comme les grands enjeux du commerce urbain dans la Capitale. L’après-midi se clôturera par une table ronde avec pour modérateur Vincent Bechet, Vice-Président du BLSC  : « Immobilier retail, le boom va-t-il continuer ? »

Voici le programme de la journée :

13h30 Arrivée des participants
13h45 Début du séminaire. Introduction par Luc Plasman, Président du BLSC 14h00 Carlo Thelen, Chambre de Commerce de Luxembourg, « L’économie luxembourgeoise face à de nouveaux défis »
14h30 Thierry Debourse, Cushman & Wakefield, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le retail à Luxembourg sans jamais oser le demander »
15h00 Anne Darin-Jaulin, Union Commerciale de la Ville de Luxembourg (UCVL), « Le Commerce urbain de la Capitale et ses enjeux »
15h45 Pause-Café
16h00 Pascal Poty, Agence Walonne des Télécommunications (AWT), « Phygital : Lorsque le mobile réinvente la relation commerciale »
16h45 Philippe Provost, LC01 « La Cloche D’Or : le nouveau centre de la Grande Région »
17h15 Helen Mortier, Artexis « E-Marketing ou contact en face à face dans le secteur de l’immobilier ? »
17h30 Table ronde ayant pour thème « Immobilier retail : le boom va-t-il continuer ? » Participants : Michel Van Geyte (LEASINVEST), Anne Darin-Jaulin (UCVL), Philippe Provost (LCO1), Philippe Godbert (CHAUSSEA), Jean-Marie In (INOWAI) Médiateur : Vincent Béchet (INOWAI)
18h00 Cocktail de Clôture

Fin des quotas laitiers: la Wallonie réagit. #agriculture #farming #wallonie #EU #UE

lait

La fin des est programmée pour le mois d’avril. Pour aider les producteurs à faire face à cette disparition, le ministre wallon de l’, René Colin (cdH), a présenté mercredi 15 janvier une nouvelle mesure. Cette dernière viserait à aider les producteurs soumis aux cours mondiaux variés en permettant la constitution de stocks de dans le cas d’une forte chute des prix.

 

Selon le journal L’Echo, l’administration wallonne de l’Agriculture pourra lancer des appels d’offres pour constituer des stocks de lait en cas de forte baisse des prix. C’est du moins ce que prévoit la mesure présentée hier par le ministre René Colin. Une  mesure qui devrait réconforter de nombreux producteurs laitiers inquiets de la disparition, dès le 1er avril, des quotas de production de lait de vache. En effet, depuis trente ans, l’Union européenne impose des quotas laitiers pour stabiliser au mieux les prix. Certes la levée des quotas permettra aux producteurs d’augmenter leur production, mais elle devrait également avoir un impact sur le prix du litre de lait. Selon L’Echo, les experts s’attendent à voir le prix du litre diminuer en 2015,  ce qui pourrait mettre en péril les petits producteurs.

Un seuil européen trop faible selon la Belgique

Pour contrer l’instabilité des prix due à la disparition des quotas, le ministre de l’agriculture estime qu’il faut « actionner dès que nécessaire des mécanismes publics d’intervention ». La constitution de stocks de soutien vient de passer dans le domaine des compétences régionales. La mesure présentée hier indique que la Wallonie est prête à agir, dans les limites imposées par l’Europe. Les règles européennes permettent l’intervention de stocks de soutien si le prix descend à 169,8€/100kg pour le lait en poudre, 221€ pour le beurre. Un seuil que le ministre de l’agriculture estime trop bas. La Belgique n’est pas le seul pays à réclamer une hausse du prix de référence. Elle se heurte malheureusement aux « champions du libéralisme agricole », a confié le ministre au journal financier, faisant allusion notamment  au Royaume-Uni et au Danemark.

Pourtant les avis sont partagés dans le secteur. La confédération belge de l’industrie laitière (CBL)  voit en la fin des quotas une augmentation des parts de marché à l’étranger. De son côté, le Collège des Producteurs, un lobby agricole wallon, estime que la rupture est proche et que peu de producteurs arrivent à garder la tête hors de l’eau vu la baisse des prix.

S.T. (d’après L’Echo). source: www.infocatho.be